The Dead C – Armed Courage

DCArmedCourageCela fait plus de 25 ans que Bruce Russell, Michael Morley et Robbie Yeats creusent inlassablement le même sillon : des guitares bruitistes, un son à la limite du lo-fi, une voix en hors-piste permanent, un batteur qui force l’admiration à force de déconstruire les notions communément admises de rythmique rock. Pour que le tableau soit complet, inutile de préciser que rien dans la discographie des Dead C ne ressemble de près ou de loin à ce qu’on pourrait appeler une chanson rock. Et pourtant, malgré un nombre de concerts très limité et une absence totale de promotion, ce trio issu de Dunedin en Nouvelle-Zélande s’est taillé une solide réputation dans le milieu du free rock et du rock bruitiste et sont des invités réguliers des festivals All Tommorrow’s Parties.

Armed Courage, dernier opus en date du trio, propose deux pièces de la longueur d’une face de vinyle chacune. Armed est une improvisation free rock classique pour le groupe, purement instrumentale, tout en larsen et en saturation. Courage débute de manière plus calme, sur une sensation de total éparpillement avant de se trouver un semblant de structure sous l’impulsion de la batterie. Michael Morley fait quelques rares apparitions vocales, souvent noyées sous le déluge sonore des amplis et des sons électroniques qui forment la signature sonore de la pièce. La rythmique implacable qui forme l’ossature de la première moitié du morceau évoque Neu! ou Can, ce qui est assez étonnant chez les néo-zélandais. Puis le morceau retombe dans une totale déstructuration qui n’est pas sans rappeler quelques uns des moments les plus abstraits de Sonic Youth.

On l’aura compris, Armed Courage, n’est pas un disque de rock de plus. C’est comme à chaque publication, une véritable bombe incendiaire que livrent ici les Dead C. Les trois musiciens néo-zélandais nous confirment une nouvelle fois qu’ils ne se rendront jamais et ne sont pas près de céder aux sirènes de la facilité. Un disque explosif et jouissif !

Ba Da Bing – bing087

The Dead C – Future Artists

Derrière cette pochette qui m’évoque irrésistiblement le papier peint qu’il y avait chez ma grand-mère, se cache un grand disque d’improvisation rock. The Dead C est un trio néo-zélandais composé de Bruce Russel (guitare), Michael Morley (guitare et chant) et Robbie Yeats (batterie). Pour ce qui est de ressembler à un trio de rock classique, on s’arrêtera là car The Dead C ne respecte rien. Chacun de leurs enregistrements est une pure et simple agression envers le bon goût et la bienséance. N’est-ce pas là une heureuse survivance de l’esprit punk ?

D’ailleurs, parlons un peu de punk rock. L’album s’ouvre sur un morceau intitulé The AMM of Punk Rock. Déjà tout un programme : imagine-t-on Keith Rowe déchirer son t-shirt et Eddie Prévost donner des coups de lattes à son set de percussions ? Disons-le tout net, c’est sur ce morceau que les trois néo-zélandais seront le plus sage avec une lente progression tout en finesse qui peut éventuellement évoquer AMM.

Ca se corse ensuite car c’est le brave Neil Young qui est convoqué sur The Magician pour subir un supplice électrique qu’il n’aurait jamais imaginé. De tout l’album, on n’entendra la voix de Michael Morley que sur ce morceau.

Avec Macoute, on passe dans le monde électro-acoustique avec une belle impro destructurée qui joue admirablement sur les effets stéréophoniques.

Puis vient le plat de résistance. Vous aimez le free-rock? alors vous allez être servi! Eternity et Garage se construisent lentement sur des blues poisseux à souhait, avant que les guitares ne rivalisent d’effets bruitistes, de feedbacks et de larsens, avec une rythmique souvent chaotique. Du grand art pour ces deux longues plages dont on ressort complètement déboussolés.

A la réflexion, Future Artists n’est probablement pas un album typique des Dead C (même si le son lo-fi porte immanquablement la signature du groupe). Il ressemble plus à ce que peut faire Bruce Russel en solo mais c’est néanmoins un très bon disque de free rock où souffle en permanence l’esprit du punk et de la no-wave.

Ba Da Bing Records BING053