Arto Lindsay

Je garde un souvenir ému d’un concert solo à La Cité de la Musique, où, invité par Alain Bashung, Arto Lindsay avait dynamité les bases de 50 ans de musique populaire brésilienne. Un spectateur avait même quitté la salle en lui faisant un doigt. Un grand moment de punk rock !

C’était oublier qu’au sein de DNA, ici dans sa seconde formation avec Tim Wright (basse) et Ikue Mori (batterie), groupe phare du mouvement No Wave, il avait déjà violemment bousculé le punk rock et fait passer les Sex Pistols pour d’horribles ringards.

Publicités