Sonic Protest 2014

IMG_20140408_215119 En 10 ans, Sonic Protest est devenu un rendez-vous incontournables pour ceux qui n’ont pas peur de se faire plaisir aux oreilles. Sans sacrifier à la qualité, la programmation devient de plus en plus éclectique. Qui ose encore se permettre de mettre à la même affiche le même soir Brigitte Fontaine et Jericho, le tout dans une église ?

Mon point-de-vue ne sera que partiel car je n’ai pu assister qu’à trois soirées. Voici ce qui m’aura marqué.
IMG_20140410_211630
– Jericho : projet de Yann Gourdon (France), Jericho ne joue que sur des instruments traditionnels (vielle à roue, cornemuse…). Cette musique est hypnotique, envoûtante, à la fois moderne et archaïque.

Brigitte Fontaine & Areski : Un récital acoustique et sobre de la diva des palaces. Derrière la folie du personnage, se cache une personnalité hors norme, avec une conscience aigüe du monde. Pas de rappel. Dommage.





IMG_20140410_221747IMG_20140410_234006
Zeitkrazer :
ensemble allemand de musique contemporaine, Zeitkrazer s’est fait pour spécialité de se frotter au monde de la noise (relecture / réinterprétations de Metal Machine Music ou de la musique de White House). Malgré un départ un peu poussif et quelques problèmes de sonorisation, l’ensemble est parvenu à conquérir l’espace acoustique de l’Eglise Saint-Merry.

Sound of Silence : ce fut le pari fou du festival. Un DJ set composé uniquement de morceaux silencieux délicieusement accompagné par la rumeur du bar. Qu’en penser ? Hommage à John Cage ?

Merzbow : Masami Akita a délivré un set compact et soutenu, saturant l’espace sonore de l’église Saint-Merry sans jouer la sur agressivité, le tout ponctué d’un groove industriel ravageur. Du grand art.
IMG_20140411_205814


– Groupe Inerane :
deux guitaristes / chanteurs nigériens jouent des mélodies du Ténéré teintées de psychédélisme. Sans sombrer dans la démonstration, c’est terriblemeIMG_20140411_205808nt efficace. Ce concert m’a vraiment donné envie de m’intéresser de plus près à cette musique.

Thurston Moore : éternel adolescent, Moore a débuté son set de manière plutôt dilettante avant de se concentrer sur son sujet. Rejoint par Lee Ranaldo, nous avons eu droit à un duel de guitare sous le haut patronage du Larsen.

Lee Ranaldo : solo apocalyptique. Thank you Mr Lee!

IMG_20140411_224830

Publicités

Sonic Youth – Smart Bar – Chicago 1985

smart barSonic Youth étant désormais en hibernation prolongée (définitive ?), le groupe commence à explorer et publier ses archives sonores. Cet exercice d’auto-analyse peut parfois sombrer corps et âme par manque de recul critique et nous livrer des tonnes de rebus dont l’intérêt est parfois plus que discutable. Les Lost Tapes de Can publiées plus tôt cette année prouvent au contraire qu’un tri minutieux dans les archives d’un groupe majeur peut devenir très instructif sur le processus créatif dudit groupe et révéler à la face du monde des pépites qui auraient pu tomber dans le néant. Avec les disques publiés sur le label SYR, Sonic Youth nous avait par ailleurs prouvé que certaines improvisations en studio ou en live méritaient amplement leur publication.

Sonic Youth nous propose ici l’enregistrement a priori intégral d’un concert donné en 1985. Il s’agit d’un moment charnière pour le groupe, puisque nous assistons ici à un des premiers concerts de la formation « classique » du groupe, en quatuor avec Steve Shelley. Le répertoire proposé puise majoritairement dans les trois premiers albums et surtout dans Bad Moon Rising. La qualité de l’enregistrement est honnête malgré un début assez brouillon et rend justice à l’abrasivité et parfois la violence que déploie le groupe à cette époque. Une mention particulière pour The Burning Spear qui déploie ici toute sa violence et me remémore un souvenir ému d’un concert en 2008 à Saint-Nazaire où ce même morceau m’avait laissé presque hébété. Deux morceaux du futur EVOL sont également joués, dont Expressway to your Skull qui a alors presque trouvé sa forme définitive et se positionne déjà comme un grand classique du groupe.

Cet album reste avant tout un document précieux pour les fans absolus du groupe (dont je suis) mais ne saurait remplacer pour les novices l’écoute des trois albums que le groupe va dérouler après 1985, à savoir EVOL, Sister et Daydream Nation. 

Goofin’ Records – GOO-016

Sonic Youth bouge encore

C’était il y a  quelques jours à la télé américaine. Toujours ce même frisson qui m’envahit à l’écoute de ‘Cross the Breeze

Un nouveau SYR (il s’agit de la BO du film Simon Werner a disparu) va paraître dans les prochains jours. Quelques titres sont en écoute sur la Mixtape que le groupe vient de publier sur son site :

http://www.sonicyouth.com/jukebox/jukebox.html