Jacques Thollot (1946 – 2014)

Jacques Thollot

Publicités

Un peu d’espoir

Récemment réédité, le double LP « Organic Music Society » de Don Cherry est une pure merveille de fusion entre la « New Thing », les rythmes brésiliens, indiens ou africains. Joyeusement bordélique, en partie enregistrée en mode happening avec les gens qui passaient par là, la musique de Don Cherry y dégage un optimisme naïf et une sincérité à toute épreuve.

Caprice Records – CAP 21828

Un voyage en Egypte

Au tournant des années 60 et 70, Pharoah Sanders, à peine remis de la mort de Coltrane, s’émancipe du maître et sort une poignée d’albums inspirés et furieux, parmi lesquels Tauhid et Karma. Upper and Lower Egypt occupe la face 1 du premier. La guitare de Sonny Sharrock y est magistrale. Laissez-vous porter par cette musique.

  • Pharoah Sanders (Tenor Sax, piccolo, voice)
  • Dave Burrell (piano)
  • Sonny Sharrock (guitar)
  • Henry Grimes (bass)
  • Roger Blank (drums)
  • Nat Bettis (percussion)

Daunik Lazro – Some other zongs (2011)

Une bonne dizaine d’année après Zong Book (Emouvance), Daunik Lazro revient à l’exercice discographique en solo, cette-fois au saxophone baryton uniquement. Ce disque a été enregistré pour partie à l’Europa Jazz Festival du Mans en 2010 et à l’Eglise Saint-Merri à Paris en février 2011.

On ne répétera jamais l’importance séminale de ce saxophoniste, qui fait plonger les racines de sa musique dans le blues et le free jazz, mais s’exprime libre de toute attache et de toute convention. Daunik Lazro, c’est une sorte de malentendu vivant, un musicien trop libre pour ceux qui aiment le jazz (où plutôt qui croient l’aimer), et un grand frère discret des musiciens de la scène improvisée francophone.

Ce disque commence par une belle reprise d’un thème de Joe McPhee. Daunik Lazro nous accueille ainsi doucement dans son univers, par cette invitation à s’asseoir, se détendre avant d’entrer dans le vif du sujet. Car le baryton va vite s’exprimer dans des boucles au registre rauque, avant de monter dans les aigus, s’apaiser, repartir dans des envolées furieuses. Le morceau de choix est la sixième pièce, la plus longue, qui dans sa magnifique retenue, offre une sorte de synthèse des possibles, du silence au cri.

On notera la belle prise de son faite à l’Eglise Saint-Merri qui restitue discrètement la réverbération naturelle du lieu.

Ayler Records – AYLCD 123