Eliane Radigue – Feedback Works (1969 – 1970)

Il est inutile de présenter ici Eliane Radigue. Il suffira de dire que c’est certainement une des plus grande compositrice et musicienne française, un trésor vivant, en quelque sorte. Après avoir pendant de longues années exploré la musique minimaliste à l’aide du synthétiseur ARP 2500, elle se consacre depuis quelques temps à la musique instrumentale et écrit des pièces à l’attention notamment de Kasper Toeplitz.

Ce double vinyle remonte à la fin des années 60, alors que Eliane Radigue travaille comme assistante de Pierre Henry. Elle n’a pas encore découvert son fameux synthétiseur – et n’a sans doute alors pas les moyens financiers de se l’offrir. Elle travaille la nuit, tout en élevant ses enfants le jour, avec des bandes et un magnétophone offert par Pierre Henry. C’est de ces travaux nocturnes qu’Emmanuel Holterbach, après d’âpres négociations, a sélectionnés dans les archives de la dame quatre pièces électroacoustiques présentées ici.

Le dispositif utilisé rend le son certainement plus brut que ne le permettra plus tard l’ARP 2500 mais on retrouve néanmoins l’incroyable densité des textures d’Eliane Radigue, puissants catalyseur à la méditation et au voyage mental. Le son est enveloppant, le spectre parait infini. Ces deux vinyles constituent en soi une expérience unique du son. A écouter de toute urgence.

Alga Marghen – plana-R alga041

Publicités

Emmanuel Holterbach – 23 panoramas de fréquences – 2010

Emmanuel Holterbach est un explorateur des possibles sonores. Je garde un souvenir marquant de son travail harmonique sur des verres en cristal. Il nous livre ici un livre disque alliant field recording et photographie.

Différentes techniques sont convoquées pour capter un paysage sonore souvent inaudible tel quel à l’oreille humaine, ne serait-ce que par la perspective qu’un micro-contact ou un micros sub-aquatique peut nous offrir. Cette profondeur de champs, ce changement de perspective est bien sûr un des principaux intérêts du Field Recording.

« Mais imaginons un instant que l’on prenne  véritablement en compte le sonore dans notre environnement. Il y aurait tant de choses à inventer, tant de situations à créer… » C’est en se référant à aux situationnistes – il écrit par ailleurs que ce livre-disque est le fruit de ses nombreuses dérives entre Lyon et Saint-Etienne – qu’Emmanuel Holterbach nous invite à entrer dans ces 23 panoramas de fréquence. Chaque vignette sonore est illustrée de deux photographies permettant de contextualiser – ou non – l’écoute.

Au-delà de la beauté de ces vignettes sonores, ou de leur aspect insolite – un sonar de chauve-souris est capté – c’est à une réflexion sur le paysage, en tant qu’entité visuelle et sonore , sur l’impact de l’homme sur son environnement, sur son abdication face à une urbanisation non maîtrisée que ce livre-disque nous invite.

Publié à l’occasion de l’exposition Aura – Cellule d’écoute électromagnétique – Galerie Roger Tator du 20 novembre au 5 décembre 2010.