Dennis Johnson – November

NovemberDennis Johnson fut un compagnon de route de La Monte Young jusqu’au début des années 60 avant de choisir une autre voie que son condisciple et d’abandonner la musique. Le nom de Johnson apparait dans certains écrits de Young notamment dans Conférence 1960 (Edition Eolienne). Quasiment oublié de tous, ce fut à l’occasion d’un travail du critique Kyle Gann sur La Monte Young, et plus particulièrement sur The Well-Tuned Piano que le nom de Johnson refit surface. A cette occasion, en effet, La Monte Young confia à Kyle Gann une cassette dont il parla comme d’une source d’inspiration importante pour son oeuvre monumentale pour piano. Ces 120 minutes d’un enregistrement de mauvaise qualité contenaient une pièce vraisemblablement composée en 1959 et enregistrée en 1962. Si cette pièce a véritablement été composée dans les années 50, il est possible de considérer que c’est chronologiquement la première véritable oeuvre du courant minimaliste.

Reconstituer November dans son intégralité n’a semble-t-il pas été une mince affaire. Il fallut retrouver Dennis Johnson, une éventuelle partition ou des indications. Le résultat de ce travail d’investigation de plusieurs années se trouve désormais publié dans un coffret de 4 CDs ou le pianiste R. Andrew Lee nous restitue sur une durée de près de 5 heures cette pièce historique. Elle consiste en plusieurs « motifs » qui sont joués dans un ordre fixé par des règles plus ou moins souples, tout en laissant à l’interprète une certaine liberté d’improvisation dans l’agencement final de la pièce.

Cette interprétation, lente, subtile dans ses évolutions a été réalisée en une seul prise, ce qui représenta en soi un défi non négligeable pour R. Andrew Lee, pianiste habitué aux oeuvres du courant minimaliste, qui dut s’acclimater et pratiquer de longues heures avant de pouvoir se lancer et faire véritablement sonner November dans son intégralité.

De par sa longueur, l’écoute intégrale de November est un luxe qu’il est difficile de s’offrir, pourtant c’est en soi une expérience à vivre, ceci n’empêchant pas de s’y plonger avec plaisir pour une heure ou deux de temps en temps. En tout état de cause, November est une pièce à conseiller à toutes celles et ceux qui s’intéressent à l’école minimaliste américaine et qui n’ont pas les moyens de s’offrir sur le marché de l’occasion les disques non réédités de La Monte Young.

Irritable Hedgehog / Penultimate Press – IHM007M / PP6

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s