Kevin Drumm – Relief

10 ans après l’imposant Sheer Hellish Miasma, Kevin Drumm revient chez Mego pour nous livrer un nouvel assaut bruitiste dont on se remettra difficilement. Ce musicien originaire de Chicago, fan de black métal, oscille entre le minimalisme le plus épuré (il faut, dans ce registre, absolument écouter Imperial Distortion) et la musique noise.

Autant Sheer Hellish Miasma était varié dans son approche, autant Relief est monolithique. Il s’agit d’une seule pièce de 36 minutes (hormis une miniature en fin de face B), dense, brutale, éprouvante, saturée d’informations, d’accidents divers qui ne sont là que pour servir de piédestal au choc suivant. Le seul répit que l’auditeur peut espérer sera le changement de face du vinyle.

Alors pourquoi se repasser jusqu’à plus soif ce disque ? Kevin Drumm fait surnager tout au long de ce cauchemar un fil d’Ariane sous forme d’une petite mélodie toute simple, qui résistera à toutes les attaques et servira de lumière à l’auditeur qui pourrait facilement se perdre dans ces ténèbres sonores. Et c’est bien en suivant ce fil d’Ariane que je suis rentré dans l’immense richesse sonore de Relief, dont les strates n’ont sans doute pas fini de livrer toutes leurs richesses.

Editions Mego 137

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s