Fantômes des grands espaces

Ces deux disques de Howlin’ Ghosts Proletarians ont été publiés au milieu des années 2000 en édition (trop) limitée. Ils contiennent un abstract blues hanté par les fantômes et les anti-héros du mythe de l’ouest sauvage. Plus qu’un hommage au western, c’est à une véritable déconstruction et à une réinterprétation sonore du mythe américain que se livrent Fabrice Eglin et Michel Henritzi, symbolisée par le thème de Johnny Guitar qui hante littéralement Dead Roads.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s