Robert Turman – Flux

Robert Turman est un des obscurs pionniers de la musique industrielle américaine. Il fit partie de la formation initiale de NON, le groupe du sulfureux Boyd Rice, avant de mener une carrière solo marginale.

Flux fut publié en 1981 sous la forme d’une cassette auto-produite et donc rapidement devenue introuvable. Spectrum Spools, sous-label d’Edition Mego, vient de déterrer cette petite merveille et de la republier en double vinyl et en CD.

On ne trouvera ici ni bruit ni fureur. On se glissera dans ce paysage minimaliste après avoir été accueilli par le clac du magnétophone. Créée grâce à quelques boucles, un piano vaguement désaccordé, un peu de marimba, quelques bruits parasites, le souffle de la bande magnétique, cette texture sonore brumeuse nous fait voyager dans des paysages exotiques ou dans l’aéroport de Brian Eno après la troisième guerre mondiale, dans les ruines et la poussière.

Après avoir écouté d’autres productions de Robert Turman, Flux m’a tout l’air d’être un véritable OVNI, par le calme et la mélancolie qui s’en dégage, à moins que ce ne soit l’ultime aboutissement des textures sonores extrêmes qu’il produit habituellement, comme un phare indiquant l’objectif à atteindre, pour ne jamais le perdre de vue.

Spectrum Spools – SP010

Publicités

Un commentaire sur “Robert Turman – Flux

  1. Pingback: Sensation’s Fix et Franco Falsini | Freesilence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s