Voeu adopté à l’unanimité au conseil municipal de Montreuil le 29 septembre 2011

Alors que plus de 60 000 élèves supplémentaires sont attendus, le gouvernement programme
une nouvelle vague de suppression de 16 000 postes dans l’Education nationale. En 4 années,
ce sont 52 000 postes qui auront été supprimés.
Forte diminution des moyens affectés aux RASED, réduction drastique des remplaçants
disponibles et non remplacement d’enseignants absents, insuffisance de personnels pour aider
la scolarité des enfants en situation de handicap, les effets de ces politiques touchent comme
partout ailleurs les écoles de notre ville.
La suppression d’emplois aidés (CUI) en charge de la vie scolaire ou de tâches
d’accompagnement administratif dans nos écoles, collèges et lycées, désorganise
complètement nos établissements scolaires (jusqu’à 11 CUI non renouvelés au lycée Eugénie
Cotton) . Il est inacceptable que des emplois dont l’utilité est reconnue de tous soient
supprimés, ni que des personnels soient traités comme des variables d’ajustement soumis aux
décisions gouvernementales.
Le gouvernement ne tire aucun bilan de l’absence de formation des enseignants stagiaires, en
reconduisant une réforme dangereuse tant pour les personnels que pour les enfants et les
adolescents. C’est donc l’ensemble du système éducatif français qui continue d’en pâtir, ce que
confirment les différents rapports nationaux et internationaux.
Ainsi, l’impact de ces mesures se traduit par une dégradation des conditions de travail des
enseignants, pénalise les cadres d’apprentissage des enfants, aggrave les inégalités sociales et
territoriales, génère plus encore d’échecs scolaires. L’ambition éducative ne saurait se réduire à une approche comptable destructrice jusque dans
la formation même des enseignants, elle nécessite au contraire un renforcement des moyens, à
la hauteur des enjeux d’égalité, de formation et d’émancipation.
Déjà en alerte sur ces questions, le Conseil municipal de la ville de Montreuil du 23 juin dernier
a voté à l’unanimité une motion pour la défense des services publics, dont l’Education nationale,
qui a été transmise aux autorités publiques concernées.
Au lendemain du mouvement de mobilisation du 27 septembre, le Conseil municipal de
Montreuil confirme son soutien apporté à la mobilisation, réitère ses demandes auprès du
Ministère et du Rectorat pour mettre un terme aux suppressions de postes et assurer les
remplacements d’enseignants absents.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s