Lê Quan Ninh & Franz Hautzinger – Les Instants Chavirés – 3 Avril 2011


Lê Quan Ninh percussion
Franz Hautzinger trompette

Ce duo est fort intéressant à au moins un titre, c’est qu’il nous montre que les techniques étendues peuvent inverser les rôles classiques dévolus à chacun. Lors du concert de dimanche soir, la trompette amplifiée de Franz Hautzinger a souvent marqué le rythme, alors que le tambour de Lê Quan Ninh a parfois servi de caisse de résonance au souffle du percussionniste.

Le jeu des deux improvisateurs suit par ailleurs une dynamique assez classique d’accumulation de petits détails, montant subrepticement en puissance avant de culminer dans une acmé sonore, pour ensuite redescendre, non en intensité, mais en puissance. Ce sont ces petits détails – les sons de trompette transformés par l’amplification, le jeu de la langue et des lèvres, la surface du tambour frottée ou grattée par des pommes de pins et autres baguettes métalliques, mais quasiment jamais directement heurtée – qui font l’originalité  de ces deux improvisateurs et qui créent cette musique de toute beauté.

On regrettera un public parfois dissipé, qui a parasité le minimalisme de certaines parties, et m’a semblé un peu trop pressé d’applaudir, gâchant ce très beau moment de silence qui clôt une improvisation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s