Cor Fuhler – Stengam

« Played on an acoustic grand piano, using ebows and super magnets, no overdubs, no electronics, no electronic treatment ». Les notes pochettes sont sans ambiguité. Vous n’entendrez sur Stengam que le son du piano.

Le piano est un instrument au spectre très large : en effet, quoi de commun entre une sonate de Chopin et une improvisation sauvage de Cecil Taylor ? Au XXème siècle, John Cage va en élargir les possibilités en préparant le piano. Et Cor Fuhler va encore plus loin en nous proposant le piano (électro)magnétique !

Que va-t-on trouver sur Stengam ? D’abord, nous vient à l’idée le drone. Même si on est très loin du minimalisme de La Monte Young ou de la résonance de Charlemagne Palestine, Cor Fuhler crée de grands espaces faussement statiques, des accumulations de strates sonores, grâce aux ebows. Puis, viennent se poser par intermittence les vibrations métalliques des cordes. Des paysages sonore se forment, évoquant parfois Keith Rowe ou même Brian Eno dans ses travaux « Ambient ».

Voici une video qui peut donner un bref aperçu du son du piano (électro)magnétique.

On comprend dès lors que Cor Fuhler a pris soin de faire ces quelques précisions méthodologiques sur le non-usage de l’électronique dans cet enregistrement. Cela nous indique par ailleurs que l’expression « musique électronique » n’a guère plus de sens descriptif que « musique pour piano ».

Potlatch – P206

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s